CHINE-GUIDE

CHINE-GUIDE

Le site web de la Chine

Conseils lors d'un voyage en avion

Quelques conseils pour en éviter les désagréments

Mis à jour le 29-10-2016  |  Publié le 05-08-2006 - Lu 3 750 fois
Aucun vote

Les voyages en avion, surtout les voyages intercontinentaux, sont longs et pénibles. Afin de mieux les supporter et ainsi débuter votre voyage le plus plaisamment possible, voici quelques conseils :

Problèmes liés à la pression barométrique

La pression de l'air dans l'avion correspond à une pression de 1500 à 2000 m d'altitude. Elle favorise les ballonnements intestinaux qui seront limités en évitant les boissons gazeuses (y compris le champagne !) et les aliments producteurs de gaz : légumes secs, lait, chou. Rassurez-vous, ils sont en général exclus des plateaux repas qu'on vous proposera durant le voyage.

Troubles auditifs

Les variations de pression lors de l'atterrissage peuvent provoquer des lésions de l'oreille appelées otites baro-traumatiques. Pendant la descente, il est donc conseillé de déglutir fréquemment afin d'équilibrer les pressions entre l'oreille moyenne et le milieu ambiant. Pour cela, sucer un bonbon ou mâcher un chewing gum facilite les choses, surtout pour les enfants. Attention : soyez plus vigilant en cas de "rhume" car la congestion des muqueuses favorise l'apparition d'otite baro-traumatiques en empêchant la circulation de l'air au niveau des trompes d'Eustache (tuyau reliant l'oreille interne à la gorge et permettant l'équilibrage des pressions).

Mal de l'air

Pour les personnes sensibles au mal des transports, le mal de l'air se traduit par des maux de tête, des nausées, des sueurs, et des vertiges. Pour le réduire, il faut choisir une place au centre de l'appareil. Évitez aussi les repas copieux et l'absorption d'alcool. Vous pouvez aussi prendre un traitement préventif (sur prescription médicale et en respectant les contre-indications) par exemple la NAUTAMINE ®, une heure avant le décollage.

Le "syndrome de la classe économique"

Le "syndrome de la classe économique" est le risque dû à l'immobilité au cours des longs voyages : il se traduit par la formation d'un caillot sanguin au niveau d'une veine (le plus souvent d'une jambe), qui bouche cette veine (thrombose veineuse) et qui peut migrer au niveau des poumons (embolie pulmonaire), complication grave qui survient lors du voyage ou quelques jours après. Il est plus fréquent chez les personnes qui ont des antécédents de maladies veineuses (varices, phlébites) ou de maladies cardiaques, chez les personnes âgées et les femmes enceintes. Pour limiter ce risque, il faut :

  • bouger le plus possible : petites promenades, flexions-extensions des chevilles,
  • éviter de croiser les jambes et porter des vêtements amples (évitez gaines et ceintures trop serrées).
  • boire beaucoup d'eau (1 litre/4h),
  • éviter durant le voyage boissons alcoolisées et somnifères.

Pour les personnes ayant des antécédents veineux ou à haut risque, un traitement préventif peut être utile (aspirine à petites doses, traitement veinotonique, injection d'héparine de bas poids moléculaire, bas de contention) à discuter avec votre médecin.

Page précédente  |  Page suivante  

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Envoyé à un ami

Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
281 833 visiteurs au total
28 visiteurs ce jour
2 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017